La télémédecine continue de gagner du terrain en France

Publié le par Paul Bordy

 Telephone-vintage.jpeg

 

Après l’apparition de réseaux sociaux destinés aux professionnels de la santé, c’est au tour des sociétés de télémédecine et de service patient en ligne de faire leur apparition en France. Deux nouveaux sites on vu le jour il y a peu, présentés dans cet article du Figaro. Il s’agit de Wengo Santé et de Médecin Direct, deux sites apparus peu de temps après l’autorisation légale des consultations médicales en ligne, et poursuivant l'apparition de sites de consultations et de soins en ligne comme HealthExpress.

 

Comment fonctionnent ces sites ?


Ces sites offrent deux différents types d’approche de la consultation en ligne. Wengo Santé offre un service à la prestation téléphonique : n’importe quel individu lambda peut avoir au bout du fil un médecin compétent qui répondra à ses questions. Facturée 2,5€ la minute, et durant le plus souvent entre 5 et 10 minutes, correspond plus cependant à une demande d’information de qualité concernant un traitement ou une maladie qu’à une véritable consultation. De plus, le coût du service pourra en rebuter plus d'un: à partir de 10 minutes d'appel, on dépasse les 23 euros, soit le prix d'une consultation réelle chez votre médecin généraliste.

Médecin Direct est un site différent, qui semble privilégier la qualité à la quantité. Via une plateforme sécurisée en ligne, l’utilisateur peut dialoguer et échanger des mails avec un médecin. Les consultations durent généralement 30 à 40 minutes et le suivi est plus personnalisé. Il est possible de parler à un médecin sur ce site avant d’aller consulter votre médecin traitant, pour faire une pré-consultation afin d’éclaircir la nature de vos symptômes et de rendre votre vraie consultation plus utile et efficace.  Mais ce site vous permet aussi d’avoir un certain suivi, un service post-consultation pour vous aider à prendre correctement votre traitement et à ne pas commettre d’erreurs pouvant avoir des conséquences lourdes.

 

 

Site consultation en ligne


Il y a cependant un hic : s’il est gratuit pour l’utilisateur, ce service n’est pas accessible à tous : seulement aux adhérents des mutuelles qui sont partenaires de ce service, ce qui exclut donc tous les autres. Le but de cette société est de développer des contrats avec des entreprises, qui pourront ainsi offrir à leurs salariés un service médical compétent, qui leur permettra de diminuer le taux d’absentéisme. Par contre, les salariés d'entreprises n'ayant pas souscris à ce service ou les chômeurs ne pourront y accéder. 

 

Cependant... 


Même si l'on peut louer ce genre d'initiative qui font avancer le débat et les moyens mis en place pour développer et améliorer la santé en ligne, on peut cependant regretter l'aspect tarifaire (trop ?) élevé d'un côté et l'exclusivité du service de l'autre. Ces deux sociétés surfent néanmoins sur une vague de nouveauté dans le développement de l'accès à la santé sur internet, enclenchée il y a quelques années avec l'apparition de pharmacies à consultation en ligne comme euroClinix, et qui se poursuit de nos jours avec des sites gratuits proposant un accès de plus en plus complet à des informations de qualité.


Pour revenir aux sites de télémédecine, si ceux-ci assurent qu’ils ont pour but d’épauler et non de concurrencer les médecins, ces derniers voient parfois cette nouvelle tendance d’un mauvais œil. Ils remettent notamment en cause le flou juridique concernant les normes tarifaires et légales de la télémédecine.

 

Comment aider les médecins ?


Pour autant, il est bien vrai que ce genre d’initiative peut ôter une épine du pied de certains médecins. Ceux-ci doivent sont désormais de plus en plus connectés à leurs patients, notamment par le biais des mails, des réseaux sociaux ou des appels téléphoniques. Et ils sont parfois débordés. Il faut savoir qu’un médecin passe en moyenne 7h/ jour au téléphone avec ses patients, et que peu d’entre eux ont des secrétaires, dont ils ne peuvent tout le temps se permettre la rémunération.

 

médecins habitants rural

Ceci est d’autant plus vrai pour les régions rurales, où le nombre de médecin par habitant tend à diminuer. Quand on sait que le nombre de médecin partant à la retraite augmente d’année en année (+ 5,2% entre 2009 et 2010) et que l’on connaît les difficultés des médecins de garde en campagne (qui doivent parfois enchaîner des journées de 10h avec des nuits de garde et seulement 2h de sommeil), on se dit que des sites de télémédecine peuvent réellement aider.

      

D’ailleurs, outre atlantique, des investissements de l’état vont dans ce sens. 415 millions de dollars  vont être dépensés afin de réaliser un réseau à haut débit de communication pour relier les systèmes de santé des mondes ruraux à ceux des centres urbains. Une mesure dont il serait nécessaire de s’inspirer en France.

 

 

Publié dans Télémédecine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article