Le pass contraception adopté

Publié le par Paul Bordy

journée contraceptionAprès l’Ile-de-France et la région Poitou Charentes, le pass contraception est en passe d’être adopté en région Aquitaine. Alors que la région Aquitaine est placée au cinquième rang national pour le nombre de grossesses indésirées , cette nouvelle mesure pourrait bien changer la donne.


C’est donc une nouvelle victoire pour le parti socialiste. Le pass contraception est désormais disponible en ligne dans plus de cinq régions françaises. Après la région Poitou Charentes en 2010, ce nouveau dispositif permet désormais à 19000 jeunes aquitains de 16 à 25 ans , de profiter de plusieurs mois de consultation gratuite chez un médecin généraliste ou chez un gynécologue.


Ces pass contraception seront délivrés dans les infirmeries des établissements scolaires de manière à procéder à des analyses médicales gratuites et anonymes, mais aussi de façon à bénéficier  d’une pilule contraceptive dans la plus grande discrétion possible.


Malgré les nombreuses critiques, le pass contraception a permis d’augmenter le nombre de recours aux contraceptifs notamment la pilule contraceptive. Grâce à cette mesure, le nombre  d’avortements a diminué de moitié en Poitou Charentes.


Des résultats plus concluants qu’en Angleterre. Le bilan sur les moyens de contraception au Royaume-Uni est en effet affligeant. Lancé en 2000, la réforme anglaise qui était censée diminuer le nombre de recours à la pilules d’urgence et aux IVG, a au contraire , vu un retournement de situation.


D’après les autorités médicales britanniques, le recours à la pilule contraceptive a nettement baissé depuis l’introduction  du dispositif. Les chercheurs ont au contraire noté, une redcrudescence de l’utilisation de la pilule d’urgence.

 


Pour le gouvernement anglais, le pass contraception seriat un échec totale.La pilule contraceptive généralisée sur tout le territoire anglais a laissé place à un laxisme et un laisser-aller latent.


Espérons que la France soit une exception.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article