Manquez d’information sur son traitement, est-ce une fatalité ?

Publié le par Paul Bordy

http://www.celtiblog.com/wp-content/uploads/2012/09/CouvNOM%C3%A9dicaments.png

 

La sortie d’un livre choc dénonçant l’inutilité et les risques de certains médicaments a fait grand bruit récemment dans la presse. Publié par les professeurs de médecine Bernard Debré et Philippe Even, le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles et dangereux  dresse un constat assez tranché : selon ses auteurs, 1 médicament sur 2 ne servirait à rien.

 

De nombreux autres médicaments sont fortement dénigrés dans ce livre, du Champix (qui aide à arrêter de fumer) à la Ritaline (qui soigne les troubles de l’attention), pour citer les plus connus. Les 2 auteurs leurs reprochent de présenter de nombreux effets secondaires, d’être couteux et de creuser les caisses des assurances maladies.

 

Néanmoins, le guide a été reçu avec un accueil mitigé parmi les experts de la santé. Selon certains d’entre eux, il est vrai qu’il existe des médicaments trop peu efficaces, mais aussi plein qui sont indispensables alors que dénigrés dans le livre pour les dangers qu’ils présentent. Ces médicaments, et c’est normal, doivent être utilisés dans un certain contexte, et sous l’approbation d’un médecin.

La Ritaline, par exemple, aide de nombreux les enfants hyperactifs qui sans elle ne pourraient pas avoir une scolarité normale et échoueraient plus facilement alors qu’ils ne sont pas moins intelligents que d’autres. Aucun médicament n’est inoffensif, sinon ils ne seraient pas des médicaments, comme le rappelle dans le Figaro Jean-Louis Montastruc, professeur de pharmacologie médicale à Toulouse.

 

Le problème, cependant, c’est que les médecins eux-mêmes manquent parfois d’informations  sur les effets secondaires des traitements qu’ils prescrivent. La plupart d’entre eux ne sont en effets renseignés que par les visiteurs médicaux payés par les laboratoires .

D’où l’intérêt, nous le rappelons une fois de plus, de faire avancer la place et le rôle d’internet pour informer docteurs, patients et utilisateurs sur les médicaments qu’ils utilisent ou prescrivent.

 

A ce sujet, nous souhaitons vous faire part d’une initiative lancée il y a peu par l’Agence européenne des médicaments (EMA en anglais), qui a ouvert un site appelé adrreports dans le but de renforcer la transparence des médicaments en Europe. Mis à dispositon de tous les internautes, il permet de consulter des dossiers sur chaque médicament vendu dans l’Union Européenne, dossiers dans lesquels sont précisés tous les effets secondaires et les précautions d’usage du traitement en question.

Screen-Shot-2012-09-14-at-4.35.10-PM.png


Le site sera complet d’ici un an, et l’on ne peut que s’en réjouir.

Publié dans Médicaments

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article