Pourquoi doit-on payer un médicament ?

Publié le par Paul Bordy

 

 

 

En ce moment, où la sécurité sociale peine à combler son large déficit et cherche des alternatives au remboursement de la plupart des médicaments, il convient de faire un point sur ce qu’est réellement un médicament, et pourquoi il est important que ceux-ci soient fabriqué par des entreprises privées disposant d’un brevet.

 

L’utilité du brevet


La médecine fonctionne comme tout autre économie, que ce soit l’industrie agroalimentaire ou celle de la culture : il y a d’un côté l’invention (ex : la recette du Coca-Cola ou les agents actifs du médicament) et le produit manufacturé (la bouteille de coca que l’on achète au supermarché, ou le médicament que l’on achète en pharmacie). Si l’inventeur dépose un brevet, personne ne peut utiliser son invention. L’utilité du brevet, c’est donc que les personnes qui ont trouvé une invention ne puissent pas se la faire voler par d’autres et puissent en faire un bien, un produit dont eux seuls tireront les bénéfices.


Rentabiliser l’effort de recherche


Or, on pourrait être tenté de croire que les inventeurs de médicaments, les laboratoires, sont « égoïstes », puisqu’ils empêchent que d’autres laboratoires fabriquent leur produit à un prix moins élevé, plus accessible pour les consommateurs.

 

Seulement, on oublie que le laboratoire qui a inventé son médicament a mis en place au départ de nombreuses recherches, dont certaines ont échouées, qui peuvent atteindre des prix très importants ; il est donc normal qu’il puisse rentabiliser, au moins jusqu’à ce que son brevet expire, le coût de cette recherche, tout en continuant à en effectuer d’autre et à payer ses employés.

 

Le brevet des médicaments

 

Pas de laboratoire = pas de médicament


On a tendance à oublier que sans les laboratoires, on n’aurait pas de médicament dans nos pharmacies. L’Etat, qui a déjà du mal à se financer, surtout en période de crise, ne pourrait pas financer gratuitement la recherche ET la production des médicaments.

 

La concurrence entre les laboratoires permet de maintenir constamment un haut niveau de recherche, et assurer que nous ayons des médicaments de plus en plus performants. Enfin, quand le brevet tombe dans le domaine privé, au bout de 20 ans, les médicaments génériques font leur apparition, et les prix diminuent fortement.

 

Les laboratoires ne sont pas des anges 

 

Attention cependant : tous les médicaments ne sont pas utiles, et certains sont mis en avant par des laboratoires alors qu’ils ne sont pas si performants que ça. Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles et dangereux, qui a fait grand bruit, dénonce, parfois à tort ou à raison, l’inutilité de certains médicaments remboursés par la sécurité sociale. On se rappelle même douloureusement du scandale du Mediator, médicament contre la prise de poids responsable de la mort de milliers de patients.


Que doit rembourser la Sécu ?

 

Comme dans toute économie donc, tous les produits ne sont pas excellents. Il conviendrait donc que la Sécurité Sociale réévalue sa prise en compte du remboursement des médicaments, quitte à en délaisser certains inutiles ou trop chers ou pouvant être facilement remplacés par des génériques, comme le souhaite la déupté d’Europe Ecologie Michèle Rivasi, qui prône une gestion moins opaque des prix des médicaments.

 

 

Publié dans Médicaments

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article